Missions

patient
hospital

Plus de 1900 lits et places

3 sites hospitaliers :
La Milétrie, Lusignan et Montmorillon

Le CHU, mission de proximité

Le CHU de Poitiers assure une mission de proximité pour les 192 000 habitants de la communauté urbaine de Grand Poitiers.

Cette mission consiste à offrir une filière complète de prise en charge : court séjour, soins de suite, rééducation et soins de longue durée.

Le CHU, mission d'appel régional et de recours

Le CHU de Poitiers assure une mission d’appel régional et de recours pour les 436 000 habitants de la Vienne et les 1,8 million d’habitants du Poitou-Charentes.

Ce recours s’applique notamment en cardiologie, en cancérologie, en gériatrie, en neurochirurgie, en pédiatrie, en biologie et en imagerie.

Ces activités font aussi l’objet de coopérations interrégionales, en partenariat avec les autres hôpitaux universitaires du grand Ouest.

Le projet d’établissement 2019-2023 affiche résolument l’engagement du CHU en faveur de l’excellence, à travers l’identification de pôles cliniques considérés comme porteurs d’un potentiel de développement, en termes de capacité de réponse à des enjeux de santé publique, d’offre de soins et de thérapeutique, d’innovation, de recherche fondamentale et clinique.

L'alliance public et privé

Le CHU de Poitiers est un établissement public de santé qui a su s’ouvrir vers la ville. En effet, depuis 2015, le CHU collabore avec la médecine de ville, et particulièrement les radiologues libéraux, à travers un groupement d’intérêt économique (GIE) au sein du pôle de cancérologie.

Ce pôle bénéficie d’un scanner 64 barrettes et d’une IRM 1,5 Tesla, qui complètent le plateau technique déjà équipé d’un scanner de simulation de radiothérapie et de deux TEP (GIE Positon Poitou-Charentes).

Avec cette offre de soins rapide et sûre, le CHU répond à ses missions de proximité, de référence régionale, de recherche et de soins.

Dates à retenir

2019
Décembre : acquisition d’un robot de préparation des chimiothérapies anticancéreuses.

Acquisition de deux nouveaux TEP scanners.

Août : ouverture du centre de formation des assistants de régulation médicale (CFARM).

Novembre : acquisition de la première IRM 7 Tesla en France utilisée à visée clinique, en plus de la recherche médicale.

Janvier : ouverture de trois des quatre ailes du premier niveau de Jean-Bernard. Un hôpital de jour, un plateau de consultations et un centre d’allergologie y ont été déplacés.

2018
Novembre : ouverture de la Villa Santé, première maison de santé publique de France, sur le site de la Milétrie.

Ouverture du centre d’explorations et thérapeutiques interventionnelles. Les services d’hépato-gastro-entérologie, pneumologie, ophtalmologie, dermatologie, urologie et gynécologie, pour ne citer qu’eux, ont intégré le rez-de-chaussée de Jean-Bernard, sur le site de la Milétrie.

Mars : le pôle régional de cancérologie accueille en son sein un nouvel équipement de radiothérapie, le Cyberknife.

2017
Janvier : le centre régional cardiovasculaire a été inauguré par le président de la République François Hollande et la ministre de la Santé Marisol Touraine.
2014
Octobre : la nouvelle Maison des familles a ouvert ses portes sur le site de la Milétrie.
2012
Novembre : le CHU a ouvert sa nouvelle pharmacie, sur le site de la Milétrie.
2011
Décembre : mise en service de l’IRM 3 Tesla.

Ouverture d’une unité de soins et d’accueil des sourds.

Mai : transfert de l’activité médicale de gériatrie sur le site de la Milétrie.

2010
Janvier : inauguration du premier « bloc opératoire intégré » de dernière génération.

Le CHU a doublé sa capacité d’accueil de l’unité de chirurgie ambulatoire, passant de 15 à 30 places.

flask

Un comité de la recherche biomédicale en santé publique a été créé en 2005. Il associe le Centre hospitalier universitaire, l’université avec la faculté de médecine et de pharmacie et un correspondant de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour définir les priorités de l’établissement en matière de développement de la recherche.

Unités de recherche labellisées Inserm au 1er janvier 2012

Unité 1082 'ischémie-reperfusion en transplantation d'organes - mécanismes et innovations thérapeutiques' - 'IRTOMIT'

dirigée par le Pr Thierry Hauet, traite d’une thématique incontournable en transplantation puisque l’ischémie reperfusion et la conservation des organes sont des éléments majeurs du processus. Le projet IRTOMIT répond à un important problème de santé publique concernant le rôle de la phase de conservation des organes en vue de leur transplantation et de leur devenir au long terme. Par ailleurs, cette unité est très liée à la plateforme de chirurgie expérimentale reconnue (labélisation IBISA – infrastructure en biologie santé-agronomie depuis janvier 2009). Cette plateforme est située sur le site de l’Inra du Magneraud à Surgères (Charente-Maritime).

Enfin, cette unité est aussi le fer de lance d’une fédération hospitalo-universitaire (FHU) SUPORT (survival optimization in organ transplantation), en partenariat avec les CHU de Tours et Limoges, qui permet de fédérer plusieurs services cliniques et unités Inserm autour d’une même thématique pour gagner en visibilité internationale.

Unité pharmacologie des anti-infectieux - 'PHAR'

dirigée par le Pr William Couet (U1070). Le domaine des travaux de l’équipe est la pharmacologie des médicaments antibiotiques, l’étude de leurs relations pharmacocinétique-pharmacodynamique à partir de modèles expérimentaux et dans le cadre d’essais cliniques.

Laboratoire de neurosciences expérimentales et cliniques - 'LNEC'

dirigée par le Pr Mohamed Jaber (U1084) travaille sur les maladies liées au vieillissement (Alzheimer, Parkinson) avec pour objectif de comprendre l’origine de ces pathologies et de proposer de nouvelles pistes thérapeutiques, mais également sur les troubles du comportement issu de la dépendance (drogues, jeux…).

Centre d'investigation clinique (CIC)

Le centre d’investigation clinique (Pr François Guilhot) CIC 1402 est une structure transversale de promotion de la recherche clinique labellisée par l’Inserm. Il met à la disposition des investigateurs (institutionnels ou industriels) des outils et des moyens pour mettre en oeuvre leur recherche dans des conditions de sécurité les plus optimales possibles pour le patient et la qualité des résultats de la recherche. Il travaille en lien étroit avec les autres unités de recherche Inserm du site afin de favoriser le transfert et promouvoir la recherche.

Le CHU de Poitiers est positionné au carrefour de plusieurs aires territoriales. Ces dernières se complètent et constituent chacune des espaces de coopération. L’ensemble de ces actions de coopération est essentiel pour le maillage de l’offre de soins sur le territoire et le positionnement du CHU, à la fois comme établissement de proximité et de recours.

La coopération territoriale
La coopération du CHU de Poitiers dans son bassin de population est l’une des priorités stratégiques de l’établissement. Le CHU de Poitiers s’est engagé dès 2013 dans une restructuration de l’offre publique en soins de proximité et cela a débuté, en janvier 2013, par la fusion avec centre hospitalier de Lusignan, consolidant ainsi l’offre en soins de suite et réadaptation dans la Vienne. Le site de Lusignan est aujourd’hui intégré au pôle gériatrie.

Le CHU de Poitiers renouvelle cette démarche, en janvier 2016, par la fusion avec le centre hospitalier de Montmorillon.

En octobre 2018, le CHU de Poitiers et le Groupe hospitalier Nord-Vienne qui regroupe les sites de Châtellerault et de Loudun, ont signé un accord pour une direction commune.

La loi de modernisation de notre système de santé a créé un nouveau mode de coopération entre les établissements publics de santé à l’échelle d’un territoire, les groupements hospitaliers de territoires (GHT). L’objectif est de garantir à tous les patients un meilleur accès aux soins en renforçant la coopération entre hôpitaux publics et établissements médico-sociaux autour d’un projet médical visant à mieux organiser les prises en charge sur le territoire de santé de la Vienne tout en répondant aux besoins de santé de la population.

Le GHT de la Vienne a été arrêté par le Directeur Général de l’ARS Nouvelle Aquitaine par un courrier en date du 10 août 2016.

L’avenant n°1 de la convention constitutive du GHT de la Vienne relatif aux 20 filières médicales du Projet Médical Partagé de la Vienne a été transmis à l’ARS le 30 juin 2017 et certifié par l’Agence par un courrier en date du 3 novembre 2017.

L’avenant n°2 de la convention constitutive du GHT de la Vienne relatif à l’intégration du Centre Hospitalier Henri Laborit (CHL) en tant que membre au GHT a été transmis à l’ARS le 13 novembre 2018 et a pris effet à compter du 1er août 2018.

Le GHT de la Vienne est donc composé des établissements suivants :

Établissements parties membres :

  • Le CHU de Poitiers (sites de Poitiers-Montmorillon-Lusignan): désigné comme établissement support
  • Le Groupe Hospitalier Nord Vienne (Châtellerault et Loudun)
  • Le Centre Hospitalier Henri Laborit (Poitiers)

 

Établissements associés :

  • L’Ehpad Les Capucines à  Civray
  • L’Ehpad les Châtaigniers à Chauvigny
  • L’Ehpad La Brunetterie à Sèvres-Anxaumont
  • L’Ehpad Théodore Arnault à Mirebeau

 

Établissement partenaire :

  • Le SSR La Colline Ensoleillée à La Roche-Posay

 

Le Projet Médical Partagé psychiatrique est en cours d’élaboration et s’articule autour de 4 axes :

  • La filière soins aux détenus
  • La filière addictologie
  • La filière Urgence
  • La filière périnatalité

La coopération régionale

Le CHU de Poitiers est associé, au travers de conventions d’association, aux établissements support des autres GHT de l’ex région Poitou-Charentes (du centre hospitalier d’Angoulême, établissement support du GHT de Charente, du centre hospitalier de Saintes, établissement support du GHT de Saintonge, du centre hospitalier de Niort, établissement support du GHT Nord Deux Sèvres, du centre hospitalier de La Rochelle, établissement support du GHT Atlantique 17) afin d’assurer, au bénéfice des établissements parties à chacun de ces GHT, la coordination des activités hospitalières et universitaires suivantes : enseignement de formation initiale des professionnels médicaux, recherche et développement de l’innovation en santé, gestion de la démographie médicale, missions de référence et de recours.

Le CHU est l’établissement de recours pour l’ensemble des hôpitaux publics de l’ex Poitou-Charentes. Cette activité de recours  concerne des activités spécialisées à dimension régionale telles la réanimation pédiatrique, la neurochirurgie, la chirurgie cardiaque, la prise en charge des AVC, la prise en charge de l’obésité sévère chez l’adulte et la prise en charge des polytraumatisés graves chez l’adulte. A ce titre, des filières régionales de prise en charge sont développées afin de renforcer l’accessibilité des activités de recours dans les différents bassins de vie.

La coopération interrégionale

Le CHU de Poitiers, en partenariat avec les hôpitaux universitaires du grand-ouest (HUGO), mène des actions de coopération en matière de recherche et d’enseignement. Par ailleurs, dans le cadre du schéma interrégional d’organisation sanitaire (2008-2013), des axes de coopération en matière d’activité médicale sont préconisés et mis en oeuvre pour certaines spécialités comme la neuroradiologie et les greffes d’organes. Ces coopérations concernent les centres hospitaliers régionaux et universitaires d’Angers, Brest, Nantes, Orléans, Rennes et Tours. Le CHU a par ailleurs renforcé ses liens avec le CHU de Tours, notamment dans le cadre d’une Fédération médicale inter-hospitalière des maladies du foie, des voies biliaires et transplantation hépatique.

La coopération internationale

Les axes de coopération internationale du CHU de Poitiers concernent notamment : des échanges de professionnels de santé, l’accueil d’étudiants venant des hôpitaux de St Georges et Geitaoui à Beyrouth et de l’Université de Balamand (Liban), des échanges dans le cadre du réseau Orion qui développe des coopérations entre des hôpitaux et des universités en Europe et en Amérique latine (université de Santiago au Chili, hôpital de Rio Gallego en Argentine, université de Grenade en Espagne) ; une coopération de longue date avec trois hôpitaux chinois à Nanchang, Jiujiang et Shanghai, notamment pour l’accueil de stagiaires et la participation à des séminaires de formation conjoints, des échanges avec l’hôpital régional de Moundou (Tchad), en lien avec l’Agence française de développement, la fédération hospitalière de France, la municipalité de Poitiers et des associations poitevines, la formation de médecins en neurochirurgie dans différents hôpitaux vietnamiens, notamment l’Hôpital 115 à Ho Chi Minh.

Le centre hospitalier universitaire est un acteur de santé publique à trois niveaux.

Éducation du patient

education

Consultations médicales anti-tabac

Consultations paramédicales pour les patients diabétiques et asthmatiques

Actions d’éducation pour la santé

Consultations pluridisciplinaires pour la prévention des chutes

Depuis 1993, le CHU de Poitiers organise et anime un « pôle info-santé », point de rencontre avec les professionnels de santé ouvert au public, en partenariat avec l’Espace Mendès-France, centre de culture scientifique de Poitiers. Chaque année, un millier de personnes assistent à ces soirées-débats.

Villa Santé

En novembre 2018, le CHU de Poitiers a inauguré sa Villa Santé, structure dédiée à la promotion de la santé regroupant en un lieu identifié les actions en santé publique du CHU.

hospital2

Répondre aux besoins de santé de la population et faire face à la croissance des maladies chroniques

exchange

Réduire les inégalités en santé en créant un nouveau mode d’organisation et d’intervention

analysis

Produire des données probantes et affermir la recherche dans le domaine de la promotion de la santé

hospital

Valoriser les actions en santé publique menées au CHU en les regroupant en un lieu identifié

Prévention

Le CHU participe à des réseaux sanitaires et sociaux tels que le réseau gérontologique ville-hôpital ainsi qu’à des actions de lutte contre l’exclusion sociale.

Il propose également un réseau d’aide aux insuffisants cardiaques (Apic).

ambulance2

Depuis 1998, le CHU a mis en place un dispositif de prise en charge médico-sociale des personnes en situation de précarité et d’exclusion : la permanence d’accès aux soins de santé (PASS).

Initiative de l’association Médecins du monde, cette structure fonctionne grâce à ses partenaires réunis par convention : le CCAS, le CHU, le CHL et l’association Toit du monde. A ces organismes s’ajoutent le centre social M3Q et Médecins du monde.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page dédiée.

Le Centre hospitalier universitaire de Poitiers mène depuis plusieurs années une politique culturelle multiforme :

  • Création d’œuvres sculpturales comme « L’onde d’un galet dans l’eau » de Patrick Chappet, exposée dans les locaux des services d’urgence ; ou « Différenciel » de Franck et Olivier Turpin, installée dans l’atrium du pôle régional de cancérologie ; ou « Giotto » de Marine Antony, installé dans le hall du centre cardio-vasculaire ;
  • Intégration de l’art roman dans les lieux de visite et de consultation de l’établissement ;
  • Organisation d’expositions artistiques, concours et expositions photographiques ;
  • Présence d’une bibliothèque hospitalière animée par une association ;
  • Organisation de spectacles et d’animations au profit des enfants hospitalisés (ludothèque, espace adolescents) avec le soutien de l’association Un Hôpital pour les enfants, ainsi qu’auprès des personnes âgées avec l’intervention d’animateurs professionnels ;
  • Organisation d’événementiels, telle que la Fête de la musique chaque année.
lectus fringilla id justo Praesent id elementum ut venenatis, suscipit Phasellus eleifend