Un Hôpital pour les enfants : Res turner met de la couleur dans la vie des jeunes hospitalisés

L'artiste poitevin Res turner, le Dr Michel Berthier, pédiatre au CHU, Sylvie Juric, présidente d’Un Hôpital pour les enfants, Gilles Kéo, le directeur d’Un Hôpital pour les enfants, et la représentante de la direction régionale des affaires culturelles.

Sur les murs de l’espace jeu de l’association Un Hôpital pour les enfants, Mario côtoie désormais Songoku, le héros du manga Dragon ball, et Link, le héros du jeu vidéo Zelda, tandis que des super-héros aux traits enfantins égayent la salle dédiée aux familles. Ces personnages ont vu le jour sous l’impulsion de l’artiste Res turner et sous les pinceaux des enfants hospitalisés.

« Cela fait six mois que nous avons débuté ce projet avec Res turner, double champion du monde de rap improvisé aux multiples talents, indique Gilles Kéo, le directeur d’Un Hôpital pour les enfants. Il était déjà venu réaliser des ateliers d’écriture et de slam l’année dernière et comme le courant passait bien avec les jeunes, nous avons souhaité lui proposer un projet dans la durée. Nous avons à cœur que les enfants, même hospitalisés, puissent participer à une action culturelle. La culture en milieu dit empêché est plus que nécessaire, car elle favorise l’épanouissement intellectuel de nos jeunes malades. » L’artiste poitevin est venu une vingtaine de fois au 9e étage de Jean-Bernard pour imaginer, dessiner et peindre ces fresques, mais aussi des toiles, avec l’aide des bénévoles de l’association et des enfants hospitalisés. La direction régionale des affaires culturelles a entièrement financé ce projet (7 000 euros) « qui met du soleil dans l’espace ados », comme le souligne Sylvie Juric, présidente d’Un Hôpital pour les enfants. « Nous avons choisi des personnages internationaux et intergénérationnels, explique Res turner. La réalisation des fresques s’est très bien passée, notamment grâce au dynamisme de l’équipe d’Un Hôpital pour les enfants. Le résultat est beau, ce projet est positif ! »

Le Dr Michel Berthier, pédiatre au CHU et représentant du maire de Poitiers en tant que vice-président de Grand Poitiers délégué à la culture, encourage ce type de rencontre avec des intervenants extérieurs à l’hôpital. « C’est important pour les enfants de bénéficier de cet accompagnement par un artiste, précise-t-il. Nous souhaitons poursuivre le travail entamé sur le thème de la bande dessinée. Un projet de création de BD avec les enfants est d’ailleurs en cours de réflexion. » Le CHU va lui aussi sortir de ses murs à l’occasion du festival Les Expressifs (du 5 au 8 octobre à Poitiers), puisque les toiles des enfants peintes avec Res turner vont y être exposées.