Toutes les actualités

Le Dr Alexandre Nehmé (au centre), directeur médical de l’Hôpital St Georges, à Beyrouth (Liban), montre à Pascal Roblot (à gauche), doyen de la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers, et à Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers, la station héliport construite sur son hôpital, une des deux seules du Liban. Elle accueille uniquement les hélicoptères de l’armée libanaise et ceux de l'Organisation des Nations unies ou des grandes ONG autorisées par le gouvernement libanais. Cet aire permet ainsi la prise en charge des victimes de guerre graves qui arrivent au Liban. Elles sont soignées à St George en priorité ou transférées vers un hôpital plus important selon les blessures.

Dans le cadre de leur politique commune de relations internationales, le CHU de Poitiers et la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers ont participé à une mission au Liban du 17 au 21 avril. Lors de cette mission de coopération hospitalière internationale, la délégation poitevine a rencontré ses partenaires libanais, l’hôpital St Georges et l’université de Balamand, à Beyrouth, et l’université de la Sainte-Famille, à Batroun.

La couverture du numéro 120 de l'Actualité Nouvelle-Aquitaine.

Didier Moreau, directeur de l’Espace Mendès-France a présenté, lundi 23 mai, le dernier numéro de l’Actualité Nouvelle-Aquitaine, en présence de son rédacteur en chef, Jean-Luc Terradillos. Le dossier de ce trimestriel distribué dans toute la nouvelle région a mis en lumière la recherche et l’innovation au CHU de Poitiers. Pour évoquer ces thématiques, Didier Moreau et Jean-Luc Terradillos étaient entourés par Alain Claeys, maire de Poitiers et président du conseil de surveillance du CHU, Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU, Yves Jean, président de l’université de Poitiers, et Anne Gérard, conseillère régionale et élue de Grand-Poitiers.

Jeudi 26 avril, le CHU de Poitiers a participé pour la première fois au « Duo Day ». Cette journée a pour objectif de comprendre le handicap et d’outrepasser les préjugés sur l’insertion des personnes handicapées dans le milieu  professionnel. Le principe ? Des personnes en situation de handicap réalisent une immersion dans l’emploi en accompagnant toute la journée un salarié volontaire, pour découvrir un métier, une entreprise.