Patients diabétiques

La rétinopathie diabétique

Exsudats lipidiques dans le cas d'une rétinopathie diabétique
Exsudats lipidiques dans le cas d’une rétinopathie diabétique

C’est une complication du diabète caractérisée par des lésions qui touchent les capillaires et veinules rétiniens (petits vaisseaux). Ils peuvent se boucher et entraîner une souffrance de la rétine. Des vaisseaux anormaux (néovaisseaux) prolifèrent alors à la surface de la rétine et peuvent entraîner des complications (stade grave de la maladie).

La rétinopathie diabétique apparaît après plusieurs années d’évolution du diabète. Un diabète déséquilibré pendant plusieurs années constituent le facteur de risque principal. Si elle n’est pas maîtrisée, elle peut conduire à la perte de la vue.

Au début de la rétinopathie diabétique, aucun symptôme n’est ressenti par le patient. La vision est conservée. Un fond d’œil annuel systématique est donc nécessaire pour la dépister. Même les formes avancées de rétinopathie diabétique peuvent ne pas entraîner de symptômes. Ceci explique l’importance du dépistage régulier par son ophtalmologiste.

Au stade évolué, une baisse de la vision brutale ou progressive témoigne de l’apparition des complications graves, tels que l’œdème maculaire qui fait baisser la vision centrale, l’hémorragie intravitréenne ou le décollement de rétine.

Aspect de rétinopathie diabétique avec de nombreuses hémorragies rétiniennes et un œdème maculaire entouré d’exsudats.

Rétinopathie diabétique proliférant : impact de laser visibles à la partie supérieure
Traitement d’une rétinopathie diabétique proliférant : impact de laser visibles sur la partie supérieure

Le fond d’œil est le principal examen de dépistage. Au stade précoce, la rétinopathie diabétique ne nécessite aucun traitement spécifique. Un équilibre strict du diabète ainsi que des autres facteurs de risque cardiovasculaires comme  l’hypertension artérielle sont indispensables pour limiter sa progression.

Au stade évolué, les traitements de la rétinopathie sont essentiellement le laser en plusieurs séances. Ce traitement vise à détruire au laser les zones ischémiques de la rétine périphérique pour éviter les complications graves.

En cas d’œdème maculaire, les injections intraoculaires de corticoïdes ou d’anti-angiogéniques sont nécessaires.

Rétinopathie diabétique
proliférante avant chirurgie
Rétinopathie diabétique
proliférante après chirurgie
(même patient)

Rétinopathie diabétique proliférante de l'oeil droit avant chirurgie, cliché infrarouge
Rétinopathie diabétique proliférante de l’œil droit avant chirurgie (cliché infrarouge)

Rétinopathie diabétique proliférante de l'oeil droit après chirurgie, cliché multicouleur
Rétinopathie diabétique proliférante de l’œil droit après chirurgie (cliché multicouleur)

Rétinopathie diabétique proliférante de l’œil droit avant et après chirurgie (angiographie).

Rétinopathie diabétique proliférante de l'oeil gauche, avant chirurgie, cliché infrarouge
Rétinopathie diabétique proliférante de l’œil gauche, avant chirurgie (cliché infrarouge)

Rétinopathie diabétique proliférante de l'oeil gauche, après chirurgie, cliché multicouleur
Rétinopathie diabétique proliférante de l’œil gauche, après chirurgie cliché multicouleur)

Rétinopathie diabétique proliférante de l’œil gauche avant et après chirurgie (angiographie).

 

Un rétinographe pour les diabétiquesRétinographe

Un rétinographe, non mydriatique, est installé dans le service d’endocrinologie et dans le service d’ophtalmologie. Cet examen permet le dépistage de la rétinopathie diabétique sans avoir recours à une dilatation de la pupille. C’est une alternative à l’examen du fond d’œil.

Elle permet un meilleur suivi ophtalmologique des patients diabétiques, sujets à des complications rétiniennes, qui doivent être suivis une fois par an afin de détecter, le plus précocement possible, tout problème justifiant un traitement spécialisé.

Les photos numériques, réalisées par une infirmière lors de la consultation en diabétologie, sont interprétées dans le service d’ophtalmologie par un expert entraîné. Ainsi, le patient est directement pris en charge au sein du même service. Avec cette nouvelle technique, analyser les photos de 60 patients diabétiques par semaine, pour mieux répondre à la demande. En fonction de son état rétinien, le patient pourra être convoqué en ophtalmologie ou orienté vers son ophtalmologiste habituel.

Le rétinographe non mydriatique permet d’améliorer le dépistage des complications rétiniennes des patients diabétiques pour répondre aux recommandations de bonne pratique et de rationaliser les consultations d’ophtalmologie en privilégiant l’accès des patients avec rétinopathie avérée vers les ophtalmologues.