Paroles de patients

Nos consultations

Annie s’est faite opérer de la cataracte

« Cela faisait deux ans que mon ophtalmologue m’avait diagnostiqué une cataracte quand je me suis faite opérer. Au début, elle n’était pas très évoluée mais six mois avant mon opération, ma vue s’est dégradée rapidement. Je ne pouvais plus conduire. Au lieu de voir un point lumineux, j’en voyais trois. Avant l’opération, j’appréhendais qu’on touche à mes yeux, mais tout s’est très bien passé. Une fois en salle d’opération, ça a été rapide. Je nait pas trouvé le bloc impressionnant. Je ne voyais rien car mon œil non opéré était fermé, mais le chirurgien me disait tout ce qu’il faisait. J’ai ressenti de toutes petites douleurs pendant l’opération, mais rien de très intense. Je suis ensuite restée une heure en observation. J’ai eu des gouttes à mettre dans les yeux et au bout d’une semaine je ne ressentait plus aucune gêne et j’avais retrouvé 100 % de ma vision. Du coup, je n’appréhende plus du tout  de me faire opérer l’autre œil quand ce sera nécessaire. »

 

Laurence s’est faite poser un implant multifocal

« J’ai subi une première opération de la cataracte avec pose d’implant multifocal en 2010 à Nice au niveau de l’œil droit. Puis je suis partie vivre à Poitiers en 2011. J’ai commencé à avoir des symptômes de la cataracte à l’œil gauche en 2014. En octobre 2014, un médecin m’a opéré au CHU de Poitiers de cette pathologie et m’a posé un implant multifocal dans l’œil gauche. Ce qui est vraiment bien, c’est que ces implants traitent à la fois mon problème de cataracte et ma presbytie. L’intervention, qui s’est déroulée en ambulatoire, s’est très bien passée. Le docteur  m’a mise en confiance en me parlant et en me décrivant tout se qu’il faisait pendant l’opération. Je n’ai rien senti du tout. Je suis restée quelques heures en observation où on m’a mis un cache sur l’œil jusqu’à la visite de contrôle du lendemain. Dès qu’on me l’a retiré, j’ai tout de suite vu la différence. J’ai ensuite eu une autre visite de contrôle sept jours après où on m’a dit que tout allait bien. J’ai 54 ans et je n’ai pas besoin de lunettes, même pour lire les petites lignes des contrats. Les gens ont souvent une réticence à se faire opérer dû à la méconnaissance de l’opération. C’est dommage car moi j’en suis très contente ! »