Logistique : la blanchisserie fait peau neuve

Hervé Dumoulin, responsable de la blanchisserie du CHU de Poitiers

En 1973, le CHU de Poitiers construisait une blanchisserie sur le site de la Milétrie. Et quarante-quatre ans plus tard, un nouveau bâtiment s'est s’implanté sur le site de Beaubâton, à Mignaloux-Beauvoir (Vienne), là où se trouve la cuisine centrale. Pour piloter ce projet, Hervé Dumoulin a été recruté pour épauler Claire Mirambeau, directrice de la logistique. 

Plus performante, plus économe, plus écolo, la nouvelle blanchisserie du CHU de Poitiers a été conçue par le cabinet d’architecte Breuil. Le bâtiment a été réceptionné le 3 mai dernier après dix-huit mois de travaux. Le déménagement s’est déroulé entre le 22 et le 27 mai. Afin de maîtriser les nouveaux process, les 56 agents de la blanchisserie ont suivi une formation d’une semaine. Pour Claire Mirambeau, ce projet a été l’occasion de revoir la qualité du traitement du linge : « Nous avons de nouveaux équipements, plus performants. Avec Hervé Dumoulin, nous avons repensé la façon de nous organiser en prenant en compte la capacité de lavage, le triage, le transport, etc. » Avec une possibilité de traiter 18 tonnes de linge par jour, contre 9 tonnes avec l’ancienne blanchisserie, il est évident que le service change, d’autant que le CHU de Poitiers reçoit le linge de Lusignan, Montmorillon et du centre hospitalier Henri-Laborit. « Les tenues du personnel seront, par exemple, ramenées dans les services par ordre alphabétique grâce à un automatisme », précise la directrice.

En parallèle, le CHU de Poitiers a fait l’acquisition de draps semi-housse pour « lit facile ». « Il s’agit là d’un concept canadien qui facilite la préparation des lits pour les soignants », assure Claire Mirambeau. Laure Ancellin, responsable du centre de prévention et de prophylaxie des troubles musculo-squelettiques, a été dépêchée par la direction des ressources humaines afin de former les soignants à l’utilisation des nouveaux draps semi-housses. L’amélioration des conditions de travail des agents est aussi essentielle dans ce projet. « L’été, c’était une fournaise. L’hiver, un frigo. Dans la nouvelle blanchisserie, les agents ne souffriront plus de cela. Le bâtiment sera aussi plus lumineux », annonce Hervé Dumoulin. Pour ce dernier, faire aboutir ce projet est une grande fierté : « Cela donne du sens à mon travail. Ici, on a la chance de ne pas voir son travail délocalisé, à contrario des équipementiers automobiles où j’ai réalisé une partie de ma vie professionnelle. »

Rendez-vous le samedi 7 octobre pour découvrir la nouvelle blanchisserie lors de portes ouvertes destinées au public.