Entretien avec le Professeur Virginie Migeot

Virgine Migeot, chef de service de la santé publique
Virgine Migeot, chef de service de la santé publique

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est La Vie la Santé ?

Il s’agit d’un projet unique en France et porté par le centre hospitalier universitaire de Poitiers. L’ancien pavillon administratif est réhabilité en une maison dotée de 11 pièces de vie et réparties sur 700m². Nous y trouvons donc un salon, une cuisine, des chambres, une salle de bain, un bureau… Comme si c’était chez vous ! A deux ou trois choses près… La Vie la Santé abrite aussi une salle d’activité physique adaptée et un atelier numérique que l’on nomme « Living Lab ». Très simplement, cet atelier met en relation les utilisateurs d’objets connectés médicaux et les industriels qui les fabriquent pour en améliorer la qualité et la technicité. Tout autour de cette maison, nous avons aussi des jardins avec un potager. Dans cette maison, nous interdisons les blouses blanches, donc tout le monde sera en civil : infirmiers, médecins, secrétaires. Nous voulons un endroit rassurant, apaisant, loin de l’agitation de Jean-Bernard, tout en restant sur le site de la Milétrie. La maison est à la fois en lien avec l’hôpital et avec la ville.

La maison s’adresse à quels types de publics ?

A tout le monde ! Mais, dans un premier temps, aux patients et usagers du CHU. L’idée est d’orienter les patients atteints de maladies chroniques vers La Vie la Santé afin de leur proposer un parcours d’éducation thérapeutique, en complément de leur traitement. Concrètement, une personne suivie en endocrinologie pour son diabète, se verra proposer selon ses besoins et ses souhaits un programme d’ateliers par l’équipe de la Vie la Santé. Nous lui proposerons des ateliers de cuisine, des conférences sur l’alimentation, des séances d’initiation au sport adapté avec notre coach et beaucoup de d’autres choses. Toutes les thématiques de santé publique seront abordées par nos professionnels : sommeil, sport, vie sociale, alimentation, grossesse etc. Donc, tous les publics sont potentiellement intéressés par ces sujets. Par exemple, vous n’avez pas besoin d’être malade pour vous inscrire à un atelier sur les perturbateurs endocriniens. Nous avons beaucoup d’idées de contenus pour cette maison mais dans un premier temps, nous allons nous concentrer sur les patients et l’éducation thérapeutique.

Le Pr Virginie Migeot a consacré sa carrière à la santé publique. Après avoir effectué son internat à Toulouse, elle réalise un master 2 « Epidémiologie et intervention en santé publique » à Bordeaux. Virginie Migeot intègre ensuite le CHU de Poitiers en 2001. Elle devient professeure des universités en 2014. Elle est actuellement chef du service santé publique du CHU de Poitiers et responsable de l’enseignement santé publique à la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers. Elle porte le projet de création d’une maison de santé publique.