Sport et collection : “2017, l’année des 4 millions d’euros de dons”

Anne-Florence Bourat (au centre), conseillère départementale en charge des politiques de santé, entourée de Jean-Marc Tourani (à sa droite), chef du pôle régional de cancérologie du CHU de Poitiers, et de Jean-Pierre Doury, le président de l’association Sport et collection.

« A moins qu’il y ait une catastrophe météorologique, nous devrions atteindre cette année les 4 millions d’euros de dons récoltés depuis vingt-trois ans pour le CHU de Poitiers. » Jean-Pierre Doury est confiant. Le président de l’association Sport et collection et ses bénévoles rembrayent cette année pour l’un des événements phares du circuit du Val-de-Vienne, 500 Ferrari contre le cancer, qui se déroulera du 1er au 4 juin 2017. 

Le 12 avril 2017, Jean-Pierre Doury était entouré de Jean-Marc Tourani, chef du pôle régional de cancérologie du CHU de Poitiers, et d’Anne-Florence Bourat, conseillère départementale en charge des politiques de santé lors de la conférence de presse dédiée à l’ouverture de la 23e édition de Sport et collection. Créé en 1995, “500 Ferrari contre le cancer” est un événement humanitaire organisé par des bénévoles au profit de la recherche contre le cancer du CHU de Poitiers. En vingt-deux ans, plus de 3 750 000 euros ont été récoltés au profit de projets menés par des chercheurs poitevins.

Cette année, Jean-Pierre Doury n’est pas peu fier d’annoncer la venue de la patrouille de France pour un spectacle de voltige, “un grand honneur”. Sur le circuit du Vigeant, les voitures de collection se mêlent aux dernières supercars : “Nous recevons des marques de prestige telles que McLaren, Ferrari, Porsche ou encore Maserati. Nous avons aussi la chance de faire venir des collectionneurs, certains viennent même depuis 22 ans au Vigeant.” Les bénévoles ne sont pas oubliés non plus : “C’est grâce à leur travail remarquable et à leur implication que Sport et collection existe.”

Sept projets financés
La recherche sur le cancer est le cœur du combat de Sport et Collection. “Le cancer coûte cher car les traitements coûtent cher. Une boîte de 30 comprimés, ça coûte 5 000 euros. Comment financer tout cela ?” s’interroge Jean-Marc Tourani, “Aider la recherche est primordial, de même que la prévention et les dépistages précoces. C’est auprès des enfants que l’éducation doit se faire. Quand on est adulte, c’est presque trop tard. Il faut garder à l’esprit que plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus on la guérit facilement.” L’année dernière, sept projets se sont partagés près de 300 000 euros de dons grâce à Sport et collection : “Il y a un projet de dépistage du cancer du côlon via une prise de sang ; un projet de médicament intelligent qui cible les tissus malades ; un projet sur l’inhibition de la tumeur par anticoagulant ; un projet sur la leucémie et le recrutement de deux attachés de recherche clinique pour garantir les essais cliniques.”

Les projets retenus par le comité scientifique de Sport et collection pour la 23e édition seront dévoilés le 25 mai 2017 au pôle régional de cancérologie du CHU de Poitiers.