Accéder au mini-site de la médecine interne, endocrinologie et maladies métaboliques.

 

Chirurgie viscérale – Hépato-gastro-entérologie et assistance nutritive – Médecine interne, endocrinologie et maladies métaboliquesNéphrologie – hémodialyse et transplantation rénale – Urologie

DÉFINITIONS

Endocrinologie : L’endocrinologie est la science qui étudie les hormones. Son nom signifie : la science (logos) de la sécrétion (crine) interne (endo). Elle étudie de très nombreux phénomènes physiologiques, car les hormones interviennent dans de nombreuses fonctions chez tous les organismes dont l’homme : la nutrition, la croissance…

Voir la vidéo : Diabète : ce qu’il faut savoir sur la glycémie et l’injection d’insuline.


Maladie métabolique
: Une maladie métabolique est un trouble médical qui affecte la production d’énergie dans les cellules de certains êtres humains. Certaines de ces maladies sont génétiques, et nombre d’entre elles sont favorisées par les conditions environnementales, comme le régime alimentaire, des toxines, d’infections, etc.

Diabète : Le diabète est la plus fréquente des maladies endocriniennes. Elle touche environ 4% de la population française et plus de 10% des sujets de 65 ans et plus. Le diabète est une maladie qui s’associe à un taux excessif de sucre dans le sang. Il s’agit d’un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés pas l’alimentation. Cette maladie apparaît quand le corps n’est pas capable d’utiliser le glucose (forme de sucre) dans le sang pour donner de l’énergie à l’organisme, parce que le pancréas ne fabrique pas assez d’insuline ou que l’insuline disponible n’est pas efficace. Les nombreuses complications du diabète (atteinte des yeux, des nerfs, des reins et atteinte cardio-vasculaire) en font toute la gravité.

LES PATHOLOGIES PRISES EN CHARGE

Les pathologies traitées en hospitalisation traditionnelle de médecine interne, endocrinologie et maladies métaboliques sont :

  • le diabète  de type 1 et de type 2 (autrefois appelé insulino-dépendant et non insulinodépendant),
  • les complications du diabète (atteinte cardiovasculaire, atteinte ophtalmologique, pied diabétique,…)
  • l’obésité sévère,
  • le diabète gestationnel,
  • d’autres pathologies des glandes endocrines (thyroïde, parathyroïde, hypophyse, surrénales, gonades…)

Le service prend également en charge des patients d’autres spécialités (neurochirurgie, obstétrique…)

Les pathologies traitées dans le cadre des urgences sont : le coma hypoglycémique, le coma hyperosmolaire, le coma acidocétosique, l’insuffisance surrénalienne.

Les pathologies traitées en hospitalisation de semaine sont identiques à celles du secteur traditionnel, mais dans le cadre de bilans de suivi et d’éducation classique et d’insulinothérapie fonctionelle. En hospitalisation de semaine, sont également réalisés des bilans d’obésité.

Les pathologies traitées en hospitalisation de jour sont identiques à celles du secteur traditionnel avec des spécificités : suivi des patients sous pompes d’insuline, réalisation de bilans de suivi endocrinien et de bilans pour obésité dans le cadre d’une prise en charge pluridisciplinaire.

 

Le CHU de Poitiers est centre de référence pour la prise en charge de l’obésité sévère

Suite à un appel à projets dans le cadre du plan obésité 2010-2013, le Centre hospitalier universitaire de Poitiers a obtenu en janvier 2012, la labellisation de la direction générale de l’offre de soins (DGOS), au même titre que 36 autres centres nationaux, en tant que centre spécialisé régional dans la prise en charge de l’obésité sévère.

Ces centres interviennent en recours régional de troisième niveau, le premier niveau étant assuré par les médecins traitants, les pédiatres, les médecins du travail, ainsi que par les médecins scolaires et de protection maternelle et infantile (PMI), et le deuxième niveau par les spécialistes de la nutrition, les endocrinologues, les internistes et les établissements de santé publics et privés.

Cette spécialisation permet une prise en charge complète de l’obésité sévère, dans un parcours de soins dédié et pluridisciplinaire, au sein des services de médecine interne, endocrinologie et maladies métaboliques, et de chirurgie viscérale, lorsqu’une intervention de chirurgie bariatrique est envisagée. Le service d’endocrinologie a ouvert une consultation dédiée à la prise en charge de l’obésité sévère (IMC > 35 kg/m²). Il propose également une offre d’hôpitaux de jour et d’hôpitaux de semaine. Enfin, des réunions de concertations pluri-professionnelles ont lieu de façon mensuelle et statuent sur la meilleure prise en charge à proposer au patient. Un plateau technique avec des équipements biomédicaux et hôteliers spécialisés dans la prise des patients obèses est également disponible au sein de l’établissement.

De par sa pluridisciplinarité, la prise en charge de l’obésité inclut également un suivi psychiatrique, diététique, social et d’éducation thérapeutique et sportive. Le centre travaille en partenariat avec d’autres spécialités médicales de l’établissement (cardiologie, pédiatrie, hépatologie et endoscopie digestive, centre régional du sommeil&) mais aussi en collaboration avec d’autres établissements de santé et de soins de suite et réadaptation de la région.

De plus, le CHU de Poitiers, en sa qualité de centre spécialisé régional, a pour mission d’organiser la filière au niveau régional, en mettant en place des actions de communication et d’information à destination tant des acteurs de la prise en charge de l’obésité que du grand public.


La prise en charge complète de l’obésité sévère

CHU-magazine n°64 – juin 2012

Cliquez ici pour lire l’article.

 

L’ORGANISATION MÉDICALE

La programmation des hospitalisations

La prévision d’une hospitalisation est demandée par le médecin, à l’issue d’une consultation ; à la sortie d’une hospitalisation ou sur la demande d’un médecin traitant.

La programmation est faite par les infirmières des consultations pour l’hôpital de jour et par le cadre de santé ou l’infirmière coordinatrice du service d’hospitalisation de semaine.

 

Les entrées non programmées

Elles proviennent essentiellement du service des urgences mais certains patients arrivent directement dans l’unité d’hospitalisation traditionnelle après qu’un médecin traitant ou un établissement de santé a pris contact avec un médecin du service.

Elles sont décidées par le médecin d’astreinte.

Le service met à disposition 24/24, une ligne téléphonique pour les patients suivis au sein du service et les médecins traitants : 05 49 44 39 96.