LA RECHERCHE AU CHU DE POITIERS

– Direction de la recherche clinique et de l’innovation

– Centre d’investigation clinique (CIC)

– Comité de protection des personnes (CPP)

– Centre de ressources biologiques (CRB)

– Unité de bibliométrie et de gestion des données

 

LA MISSION RECHERCHE AU CHU DE POITIERS

La spécificité des Centres hospitaliers universitaires est d’offrir à la population, depuis la loi hospitalière de 1958, une triple mission de soins, d’enseignement et de recherche.


1. La direction de la recherche clinique et de l’innovation


RECHERCHE

La  recherche biomédicale a pour objectif d’améliorer les connaissances biologiques et médicales. Elle est indispensable pour le progrès médical. En France, ce type de recherche s’effectue à 50% dans les CHU. Elle peut être organisée dans le cadre d’une promotion institutionnelle, financée par des appels à projets nationaux ou interrégionaux (programme hospitalier de recherche clinique, programme de recherche médico-économique) ou par des financements extérieurs, industriels ou académiques.

Le CHU a mis en place une délégation à la recherche clinique dont la mission est de promouvoir la recherche clinique, d’organiser et de gérer les différents types de recherche clinique.

Le nombre de protocoles de recherche promus par le CHU est de 44 en file active en 2012. Ce nombre a augmenté ces trois dernières années du fait d’une volonté institutionnelle de développement de la recherche clinique.

Sur ces 44 études, 5 ont été mises en oeuvre dans le cadre de PHRC nationaux et 11 de PHRC interrégionaux. La moitié de ces essais sont des essais médicaments. Il s’agit à 90% de phase 1 et 2.  Les spécialités les plus représentées sont la réanimation et l’anesthésie, le diabète, la nutrition et les hormones et les neurosciences (incluant la neurochirurgie).

 

Schéma1

La recherche clinique s’effectuant en réseau, le CHU est associé à un grand nombre d’études industrielles ou académiques (dont la promotion est assurée par un autre CHU par exemple).

Le nombre d’essais à promotion externe est de 575 au 31/12/2012 dont 373 à promotion académique et 202 à promotion industrielle.

Schéma 2

2. Le soutien à la recherche fondamentale

rechercheLa recherche conduite par le CHU se traduit également par l’intervention des personnels hospitalo-universitaires dans les laboratoires de recherche fondamentale et pré-clinique, qui sont placés sous la double tutelle d’organismes de recherche et de l’université.

Le CHU a souhaité participer au développement des laboratoires de recherche par le financement de postes de techniciens de recherche et d’ingénieurs de recherche dans les laboratoires. En 2013, le CHU participe au financement de 23 ETP répartis au sein des laboratoires et des équipes de recherches.

Pour remplir cette mission et mieux coordonner la politique de recherche, le CHU de Poitiers a été à l’origine de la création d’un comité de la recherche biomédicale et en santé publique en 2005. Celui-ci associe le CHU de Poitiers, l’Université avec la Faculté de médecine et de pharmacie et un correspondant de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) pour définir les priorités de l’établissement en matière de développement de la recherche. L’organisation et la mise en cohérence d’une politique de site en matière de recherche permet en effet de créer un continuum scientifique et de formation entre la recherche pré-clinique menée dans les unités de recherche universitaire et la recherche clinique menée au lit du malade.

Le comité a permis d’identifier et de soutenir les forces du site hospitalo-universitaire poitevin en matière de recherche en biosanté. Il a permis de créer les conditions pour la labellisation de 4 unités Inserm à ce jour, ainsi que le soutien des équipes émergentes, en attente de labellisation. Les forces ainsi identifiées sont :

  • La pharmacologie clinique
  • Les neurosciences et la neurochirurgie
  • L’hématologie
  • La transplantation
  •  L’imagerie multimodale

3. Les unités de recherche labellisées Inserm au 1er janvier 2012

La biologie santé poitevine comptabilise quatre unités ainsi qu’un centre d’investigation clinique labellisées par l’Inserm.

■ L’unité 1082 «ischémie-reperfusion en transplantation d’organes – mécanismes et innovations thérapeutiques» – «IRTOMIT» dirigée par le Pr Thierry Hauet, traite d’une thématique incontournable en transplantation puisque l’ischémie reperfusion et la conservation des organes sont des éléments majeurs du processus. Le projet IRTOMIT répond à un important problème de santé publique concernant le rôle de la phase de conservation des organes en vue de leur transplantation et de leur devenir au long terme. Par ailleurs, cette unité est très liée à la plateforme de chirurgie expérimentale reconnue (labélisation IBISA – infrastructure en biologie santé-agronomie depuis janvier 2009). Cette plateforme est située sur le site de l’INRA du Magneraud à Surgères (17)

■ L’unité pharmacologie des anti-infectieux – «PHAR» dirigée par le Pr William Couet (U1070). Le domaine des travaux de l’équipe est la pharmacologie des médicaments antibiotiques, l’étude de leurs relations pharmacocinétique-pharmacodynamique à partir de modèles expéri¬mentaux et dans le cadre d’essais cliniques.

■ Le laboratoire de neurosciences expérimentales et cliniques – «LNEC» dirigée par le Pr Mohamed Jaber (U1084) travaille sur les maladies liées au vieillissement (Alzheimer, Parkinson) avec pour objectif de comprendre l’origine de ces pathologies et de proposer de nouvelles pistes thérapeutiques, mais également sur les troubles du comportement issu de la dépendance (drogues, jeux…).

■ L’équipe de recherche sur les cellules leucémiques et thérapeutiques (Pr Ali Turhan)  équipe labellisée en tant que groupe poitevin INSERM au sein de l’unité U935 localisée à l’hôpital Paul Brousse de l’AP – HP.

■ Le Centre d’investigation clinique
Le centre d’investigation clinique (Pr François Guilhot) – CIC-P 0802 est une structure transver-sale de promotion de la recherche clinique labellisée par l’INSERM. Il met à la disposition des investigateurs (institutionnels ou industriels) des outils et des moyens pour mettre en oeuvre leur recherche dans des conditions de sécurité les plus optimales possibles pour le patient et la qualité des résultats de la recherche. Il travaille en lien étroit avec les autres unités de recherche INSERM du site afin de favoriser le transfert et promouvoir la recherche.