Comité de protection des personnes (CPP) Ouest III

Présidente : Adeline Ranger (collège II)
Vice-présidente : Elise Gand (collège I)
Responsable administratif : Nathalie Hue

Horaires du secrétariat : du lundi au vendredi de 10h à 12h30.

Comité de protection des personnes du CHU de Poitiers
bat. Villa Santé – 1er étage porte 101
2 rue de la Milétrie
CS 90577 86021 Poitiers Cedex
Tel : 05 49 45 21 57 ou poste 45 681
Courriel : cpp-ouest3@chu-poitiers.fr

Tout envoi par livreur doit être réceptionné en main propre par Nathalie Hue.

Appel à candidatures

Profils recherchés :

  • Un médecin généraliste
  • Deux personnes qualifiée dans le domaine social
  • Un représentant des usagers

Contact :
cpp-ouest3@chu-poitiers.fr

Les comités de protection des personnes (CPP) ne sont plus sélectionnés dans l’interrégion de l’investigateur coordonnateur national comme c’était le cas avant, mais tirés au sort.

A compter du 2 juillet 2018, les échanges entre les promoteurs et les CPP sont désormais gérés par le système d’information des recherches impliquant la personne humaine (SI RIPH). Ce système d’information permet la simplification et la fluidité de la gestion des dossiers de recherche impliquant la personne humaine.

Pour obtenir la désignation aléatoire d’un CPP, vous devrez vous connecter sur l’application SI RIPH à l’adresse suivante : https://cnriph.sante.gouv.fr/ et vous créer un compte.

Le tirage au sort doit être réalisé le jour de l’envoi du dossier au CPP. Il n’est donc pas possible de faire le tirage au sort si le dossier de soumission n’est pas totalement finalisé. En effet, si le dossier de soumission n’est pas soumis sans délai au CPP, le CPP annule le tirage au sort.

Une version papier est envoyée simultanément pour l’archivage.

Donner un avis motivé, préalable à toute recherche biomédicale

S’assurer de la protection des participants à la recherche

S’assurer de la pertinence de la recherche

S’assurer que le rapport bénéfice/risque est satisfaisant

Cet avis, s’il n’est pas favorable, interdit la mise en place de la recherche.

Le CPP Ouest III se réunit le plus souvent le premier lundi et le troisième mercredi de chaque mois.

CPP volontaire dans la phase pilote du règlement européen .

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez consulter le site du CPP sud méditerranée www.cpp-sudmed2.fr ou nous contacter au secrétariat.

Collections

Le décret d’application attendu pour l’entrée en vigueur de la loi du 5 mars 2012 relative aux recherches impliquant la personne humaine a été publié au Journal officiel.

Cf. décret n° 2016-1537 du 16 novembre 2016 relatif aux recherches impliquant la personne humaine.

Ces nouvelles règles ont un impact sur la réglementation relative à la préparation/conservation d’échantillons biologiques humains pour un usage de recherche.

En effet, la loi du 5 mars 2012 fixe une nouvelle qualification des recherches organisées et pratiquées sur l’être humain en vue du développement des connaissances biologiques ou médicales régies par le titre II du livre premier de la première partie du code de la santé publique relatif aux recherches impliquant la personne humaine et soumet aux dispositions de ce titre les recherches peu interventionnelles et les recherches non interventionnelles.

Ainsi, tous les projets de recherches peu interventionnelles définies par arrêté et non interventionnelles impliquant la personne humaine sont soumis à l’avis d’un Comité de protection des personnes (CPP).

Par ailleurs, il est prévu que les activités définies aux articles L. 1243-3 du code de la santé publique (préparation/conservation d’échantillons biologiques humains pour les besoins de recherche propres à un organisme) et L. 1243-4 du code de la santé publique (préparation/conservation d’échantillons biologiques en vue de cessions pour un usage de recherche), lorsqu’elles sont exercées dans le cadre d’une recherche impliquant la personne humaine (interventionnelle ou non), sont soumises aux seules dispositions du titre II du livre premier de la première partie du code de la santé publique relatives aux recherches impliquant la personne humaine.

Les projets de recherches impliquant la personne humaine incluant ces activités sont donc dès à présent soumis au seul avis d’un CPP.

En conséquence, la déclaration prévue à l’article L. 1243-3 du code de la santé publique ou la demande d’autorisation prévue à l’article L. 1243-4 du même code ne sont plus à présenter au ministère chargé de la recherche et, le cas échéant, à l’Agence régionale de santé, lorsque les activités sont exercées dans le cadre d’une recherche impliquant la personne humaine.

Si dans de nombreux cas l’activité prévue à l’article L. 1243-3 du code de la santé publique est exercée au cours d’une recherche impliquant la personne humaine et désormais soumise à l’avis du seul CPP (le cas échéant à autorisation de l’ANSM), concernant l’activité prévue à l’article L. 1243-4, cela constitue un cas particulier. L’entrée en vigueur de la loi du 5 mars 2012 impacte donc peu l’application de l’article L. 1243-4 du code de la santé publique. Dans la plupart des cas, la demande d’autorisation CODECOH (préparation/conservation d’échantillons biologiques en vue de cessions pour un usage de recherche) demeure la seule démarche à effectuer. Enfin pour toutes les démarches CODECOH l’avis du CPP n’est plus requis.

Les changements informatiques nécessaires à l’application de cette dernière disposition sont opérationnels depuis le 25/11/2016.

Les dossiers dont le ministère a accusé réception avant le 18/11/2016, date d’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, demeurent soumis aux dispositions en vigueur à la date de l’accusé de réception du ministère.

NB : Pour ajustement à ces changements réglementaires, un décret spécifique à la préparation/conservation d’échantillons biologiques humains pour un usage de recherche est en préparation au sein du ministère. Vous serez informés de sa publication sur CODECOH.


Pour toute information relative à l’examen des projets de recherches impliquant la personne humaine selon les nouvelles modalités, veuillez prendre l’appui du service compétent au ministère chargé de la santé, de l’ANSM ou d’un CPP.

Information diffusée par le ministère chargé de la santé.

et, ipsum Nullam elit. Donec mattis Lorem luctus dolor. vulputate,